Les implants à conduction osseuse

Le principe de la conduction osseuse repose

sur la capacité de la boîte crânienne

à transmettre les vibrations osseuses à la cochlée,

ce qui entraîne une stimulation des cellules sensorielles.

Les implants à conduction osseuse

Dans le cas de surdité de transmission ou de surdité mixte, l’implant à conduction osseuse stimule les cellules ciliées encore persistantes dans l’oreille interne du côté où est posé l’implant.

Dans le cas de surdité profonde unilatérale, c’est l’oreille controlatérale à l’implant qui est stimulée, c’est ce qu’on appelle l’effet CROS. Dans ce cas, l’implant à conduction osseuse améliore la compréhension de la parole, notamment dans le bruit, lorsque l’interlocuteur parle du côté sourd.

Système « cros » : stimulation osseuse à l’oreille controlatérale

Il existe deux types d’implants à conduction osseuse : des implants dits « passifs » et des implants dits « actifs ».

Les implants à conduction osseuse passifs

Implant à conduction osseuse passif

Le processeur externe émet des vibrations transmises à une vis ostéo-intégrée dans l’os en arrière de l’oreille, par l’intermédiaire soit d’un pilier à travers la peau (voir la photo en bas de page), soit d’un aimant (uniquement en cas de surdité de transmission pure, sans atteinte neurosensorielle associée).

Deux fabricants proposent ce type d’implants :

Les implants à conduction osseuse actifs

Implant à conduction osseuse actif

Les vibrations sont émises par la partie interne implantée. Le processeur externe permet de capter les sons et contient les batteries. Il est maintenu derrière l’oreille en regard de la partie interne grâce à un aimant.

 

Deux fabricants proposent ce type d’implant :

Le bilan

Avant l’implantation, le bilan comprend une consultation ORL avec audiométrie, un scanner et une IRM si la surdité est unilatérale. Un essai de l’implant sur bandeau ou sur arceau par l’audioprothésiste permet d’évaluer le bénéfice apporté, ce qui conditionne l’indication chirurgicale

Le bilan

Avant l’implantation, le bilan comprend une consultation ORL avec une audiométrie, un scanner, une IRM et une consultation anesthésique si une anesthésie générale est programmée.

La chirurgie et le suivi

La vis associée au pilier ou à l’aimant est placée chirurgicalement sous anesthésie locale. L’intervention dure 15 à 30 minutes en fonction du modèle et est réalisée en ambulatoire. Le premier réglage du processeur peut être programmé à partir de la 3e semaine après l’intervention. Il est similaire à celui d’une prothèse auditive traditionnelle et est réalisé par l’audioprothésiste. Le suivi des réglages est ensuite réalisé par l’audioprothésiste avec un rendez-vous annuel par l’ORL.

La chirurgie et le suivi

La partie interne est placée chirurgicalement par une incision en arrière du pavillon de l’oreille et un fraisage a minima de l’os de la mastoïde. L’intervention se déroule sous anesthésie locale ou anesthésie générale. Elle dure environ 1 heure et peut être réalisée en ambulatoire. Deux à trois semaines après la chirurgie, sont réalisés les premiers réglages du processeur, qui sont proches des réglages des prothèses auditives traditionnelles. Le suivi des réglages est ensuite réalisé par l’audioprothésiste avec un rendez-vous annuel par l’ORL.

Les résultats attendus

Lorsque le processeur est adapté à la vis, les performances sont un peu supérieures à celles observées lors de l’essai sur bandeau car les vibrations sont transmises directement à l’os.

Les résultats attendus

Les performances attendues sont voisines de celles obtenues par une prothèse auditive traditionnelle.

Il n’est actuellement pas démontré de différences en termes de performances entre les implants à conduction osseuse passifs et actifs.

La prise en charge financière

La vis, le pilier ou l’aimant, le processeur externe (3400 €) et l’intervention chirurgicale sont totalement pris en charge par la Sécurité Sociale.

La prise en charge financière

Il n’existe pas actuellement de remboursement par la Sécurité Sociale pour ces dispositifs mais La CNEDiMTS a rendu un avis favorable pour le Bonebridge en octobre 2021, ce qui devrait permettre le remboursement par la Sécurité Sociale dans le futur.

Compatibilité IRM

Les modèles avec piliers BAHA et PONTO sont compatibles avec les IRM 1,5 Tesla et 3 Tesla et entraînent très peu d’interférences. Le modèle BAHA attract avec aimant est compatible avec les IRM 1,5 Tesla et entraîne un cône d’ombre qui peut masquer les structures situées sous l’aimant. L’aimant est amovible : il peut être retiré si nécessaire. Il est recommandé de contacter le service après-vente du fabricant avant tout passage d’IRM afin qu’il envoie des instructions pour le radiologue.

Implant à conduction osseuse avec pilier à travers la peau. Le processeur externe vient se clipper sur ce pilier.

Implant à conduction osseuse avec pilier à travers la peau.
Le processeur externe vient se clipper sur ce pilier

Compatibilité IRM

Le Bonebridge et l’OSIA sont compatibles avec les IRM 1,5 Tesla mais un cône d’ombre d’une dizaine de centimètres masque les structures situées sous l’aimant. L’aimant du Bonebridge n’est pas amovible. L’aimant de l’OSIA est amovible si nécessaire et peut parfois se déplacer lors du passage d’IRM, ce qui nécessite des précautions (bandage serré autour de la tête). Il est recommandé de contacter le service après-vente du fabricant avant tout passage d’IRM afin qu’il envoie des instructions pour le radiologue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.