Les explorations du vestibule

Les tests vestibulaires évaluent :

  • le réflexe vestibulo-oculaire, c’est-à-dire le mouvement involontaire et saccadé des yeux, appelé nystagmus, lors de stimulations vestibulaires. En pratique, une caméra infrarouge mesure le mouvement des pupilles ;
  • les réflexes musculaires, plus particulièrement le relâchement musculaire à certains bruits qui sont capables, par les mouvements de liquide de l’oreille interne, de stimuler le système vestibulaire.

Les épreuves caloriques ou vidéonystagmographie (VNG)

L’introduction d’eau à une température chaude (44°) ou froide (30°) entraine une stimulation ou inhibition du système vestibulaire. Le mouvement des yeux induit (nystagmus) est ensuite mesuré. Ce test évalue la fonction des canaux semi-circulaires horizontaux.

Examen normal : la réponse à l’eau chaude et à l’eau froide entraine une réponse symétrique à droite et à gauche (le papillon est symétrique).

Aréflexie vestibulaire droite : l’eau chaude et l’eau froide à droite ne déclenchent aucun nystagmus.

Le Video Head Impulse Test (vHIT)

 

Le vHIT permet de filmer et mesurer le mouvement pupillaire lors d’une rotation rapide de la tête dans les axes  de chacun des six canaux semi-circulaires (droits et gauches) pendant que le sujet fixe un point immobile devant lui. L’opérateur se place derrière le patient pour lui tourner la tête dans un axe précis, pendant que l’ordinateur calcule la vitesse de mouvement des pupilles par rapport à la vitesse de rotation de la tête. Normalement la vitesse de rotation de la pupille doit être voisine de celle de la tête.

Le test de la verticale subjective

 

Le patient doit estimer sa perception de la verticale dans le noir (pour limiter les informations visuelles). La marge d’erreur normale ne doit pas excéder 4°. C’est un test facile qui permet d’évaluer la fonction de l’utricule, mais qui n’est pas spécifique de la fonction vestibulaire.

Les potentiels évoqués otolithiques (PEO)

 

Il existe deux tests permettant d’évaluer la fonction du saccule d’une part, et l’utricule d’autre part. Ces deux tests mesurent, par électromyographie, le relâchement musculaire en réponse à une stimulation auditive unilatérale. La stimulation auditive peut se faire par casque (stimulation aérienne) ou osseuse (stimulation par vibrateur osseux). La mesure électromyographique se fait en collant des électrodes sur les muscles à mesurer, sur le cou pour les PEO sacculaires (muscle sterno-cléido-occipito-mastoïdien) et sur les pommettes pour les PEO utriculaires (muscles oculaires).

Le fauteuil rotatoire

 

Le patient est assis tête fixe dans un fauteuil qui peut tourner dans le plan horizontal à vitesse contrôlée. Une VNG mesure les mouvements pupillaires en réaction aux mouvements de rotation du fauteuil, mouvements qui doivent être sensiblement symétriques. Ce test évalue principalement la fonction des canaux semi-circulaires horizontaux.

La posturographie dynamique (EquiTest)

 

Cette plateforme est utilisée pour tester l’organisation neurosensorielle d’un sujet, c’est-à-dire que l’on va pouvoir déterminer comment le sujet utilise les trois entrées de la fonction d’équilibration, visuelle, vestibulaire, proprioceptive, pour tenir en équilibre.

Le Skull Vibration-Induced Nystagmus Test (SVINT)

 

Ce test permet de dépister un trouble vestibulaire en appliquant un vibrateur osseux derrière l’oreille. Une VNG est réalisée pendant la stimulation sonore. Un nystagmus est observé uniquement en cas de déficit vestibulaire, il est absent ou minime lorsque la fonction vestibulaire est normale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.